Menu
Envolib
-
4, rue François Bruneau, 44000 Nantes
-

07 66 06 10 69

  •  

Aspects financiers

 

Dans cette rubrique, vous trouverez des articles concernant l'acquisition de votre local d'exercice, les aides possibles à l'installation et d'autres conseils financiers.

 

Rempla : Micro-BNC ou BNC ? Choix et impacts

  

Dans nos échanges avec vous et au sein du groupe Facebook "créer et gérer son cabinet médical", certaines questions reviennent :

  • Quand faut-il commencer les remplacements ? en fin ou en début d'année ?
  • Ai-je droit au régime fiscal micro-BNC ?
  • Comment le garder et est-ce vraiment intéressant pour moi ?

 

Si les réponses étaient évidentes ou issues d'un simple petit calcul, vous ne seriez pas aussi nombreux à poser la question.

Et au regard des réponses ou des échos incohérents que vous entendez, il est effectivement difficile de faire un choix en se basant sur des éléments sûrs et vérifiés.

 

 

Ce qui est clairement établi depuis 2018

 

  • Le régime micro-BNC est acquis de droit pour les 2 premières années d'exercice. En effet, c'est seulement après 2 années de dépassement que le régime micro-BNC n'est plus applicable.
  • Il n'est par ailleurs pas obligatoire, vous pouvez choisir la déclaration au réel (BNC classique) si c'est plus avantageux.
  • Il existe un plafond de revenus d'activité pour bénéficier du régime micro-BNC. Il est de 70 000 € par an, soit environ 5 800 € par mois. Autrement dit, si vous démarrez au 1er décembre, votre plafond à ne pas dépasser pour maintenir sur la durée un régime micro est de 5 800 €.

 

Partant de ces principes, comment déterminer ce qui est plus avantageux et que se passe t-il si on dépasse les seuils ?

 

Voici donc les éléments essentiels à prendre en considération pour faire le bon choix :

 

 

La spécialité et le secteur de conventionnement

 

Selon la spécialité exercée en libéral, les actes et les cotations diffèrent, les contrats de remplacement et les charges peuvent variés.

 

Surtout, en fonction de votre secteur de conventionnement, secteur 1 ou secteur 2, au-delà des éventuels dépassements d'honoraires, les cotisations sociales ne sont pas les mêmes. En effet, les cotisations Urssaf sont en partie prises en charge pour les médecins en secteur 1 ce qui n'est pas le cas de ceux en secteur 2.

 

 

Le volume d'activité

 

Le volume d'activité prévu ou réalisé déterminera finalement le maintien ou non dans le temps d'un régime micro-BNC.

 

En cas de prévision d'un volume faible, souvent quand l'activité libérale est limitée à quelques jours de temps en temps en parallèle d'une activité principale (interne à l'hôpital ou chef de clinique par exemple), le régime micro-BNC est souvent intéressant.

Il faut veiller à suivre ses revenus et se positionner avant d'accepter un nouveau remplacement qui risquerait de vous faire dépasser le seuil. Non pas parce que c'est interdit, mais il est préférable d'avoir conscience du dépassement et d'anticiper les effets à court et plus long termes.

 

Si vous prévoyez un volume plus conséquent, il est nécessaire de savoir où vous mettez les pieds. Réaliser un prévisionnel d'activité et quelques simulations des cotisations sociales et impôts sur le revenu sont des actions à systématiser.

Dans tous les cas, il est prudent de prévoir une déclaration au réel - et donc garder tous les justificatifs - dès le début d'exercice. Le mieux est d'avoir les idées claires et de se fixer des revenus d'activité (et donc un volume d'activité comme le nombre de jours de rempla) mini et maxi à réaliser en amont.

 

 

Les charges déductibles

 

Pour une activité de remplaçant, les charges qui pourraient être déductibles sont essentiellement constituées :

  • des cotisations sociales (Urssaf, et Carmf)
  • de frais d'assurances (RCP, véhicule)
  • de frais de déplacement
  • de frais de repas
  • de conseil extérieur
  • de frais bancaires
  • d'une prévoyance (compatible Madelin)

Le reste des charges de fonctionnement de l'activité étant pris en charge par le médecin remplacé, qui vous rétrocède pour cette raison qu'une partie des honoraires totaux encaissés.

 

Dans le cas du régime micro-BNC, aucune de ces charges sont déductibles au réel. Un forfait de 34% est appliqué à vos revenus d'activité et sont sensés couvrir vos frais et cotisations sociales.

L'année n, vous déclarerez donc aux impôts vos revenus réels réduits de 34%, quelques soient vos charges payées ou à venir.

 

En déclaration réelle par contre, vous indiquez vos frais réels, mais pas que.

Le mécanisme des cotisations sociales génère un forfait de démarrage et une régularisation progressive. Aussi, au départ, il peut arriver que vous déclariez aux organismes et impôts des revenus dont une partie est en réalité de l'argent mis de côté pour les régularisations futures. Vous serez donc amenés à payer des impôts sur des revenus qui n'en sont pas vraiment, puisque reversés plus tard à l'Urssaf et éventuellement à la Carmf.

Dans le cas d'une déclaration réelle, il est possible d'inscrire des "charges à venir" à l'année n et donc de réduire le montant qui sera soumis à l'impôt dès la première année. La sortie réelle d'argent de votre compte bancaire sera réalisée au moment des appels de cotisations mais aura déjà été intégré à votre exercice comptable. Une optimisation souvent oubliée, on est pas contre payer l'impôt mais on préfère payer l'impôt juste !

 

 

NOUVEAUTE 2020 :

 

 

De plus, jusqu'à la fin d'année 2019, une dérogation permet aux médecins remplaçants non thésés d'être dispensés d'affiliation à la CARMF.

A partir de 2020, l'affiliation à la CARMF devient, sauf décret, obligatoire.

Pour les médecins, vos cotisations vont donc bondir, d'abord en raison d'une base de cotisation forfaitaire puis d'une cotisation proportionnelle au volume d'activité.

Les charges déductibles seront donc plus importantes, remettant en question l'intérêt de maintenir un régime micro-BNC.

Et le seuil de rentabilité d'une activité libérale sera décalé, autrement dit, il faudra travailler un peu plus pour rendre l'activité rentable rentable. En contre-partie, vous bénéficierez d'une protection sociale (indemnités en cas d'arrêt maladie, invalidité et décès) pour votre activité libérale.

 

 

Le projet à 2-3 ans

 

Avez-vous défini un projet d'activité professionnel à horizon 2-3 ans ?

 

  • Vous n'en avez aucune idée ?

Nous vous préconisons de garder l'éventail de possibilités au complet et donc de ne pas dépasser les seuils afin de garder "l'avantage" du régime micro-BNC.

 

  • Vous souhaitez rester remplaçant ?

Si votre volume d'activité dépassera 70 000 € (ça monte vite !), vous allez tout droit vers un régime de déclaration au réel, vous pouvez donc vous permettre de dépasser le seuil dès la première année.

Si votre activité restera faible, ne dépassez pas les seuils.

 

  • Vous avez prévu une installation et une activité significative ?

Le micro-BNC ne sera pas intéressant pour vous dès que votre activité sera plus importante et surtout que vous aurez des charges de fonctionnement de cabinet. Vous pouvez vous permettre de dépasser le seuil micro-BNC parce que le régime réel sera rapidement plus avantageux.

 

  

En conclusion, on fait quoi ?

 

Ne vous fier pas aux idées reçues ou aux expériences de confrères, votre situation est souvent unique, et les cadres juridiques, fiscaux et économiques sont en perpétuelle évolution.

 

Il convient donc de réaliser une projection financière pour faire les bons choix et anticiper les impacts.

 

Les plus motivés peuvent tenter de se débrouiller.

 

Ou vous pouvez nous contacter pour réaliser une étude financière complète et personnelle sur 3 années incluant :

  • Un échange téléphonique pour obtenir des éléments sur votre situation et votre activité
  • La réalisation d'une étude sur vos revenus et vos charges dont les cotisations sociales
  • La réalisation de simulations pour optimiser votre activité et les cotisations inhérentes
  • La restitution commentée de cette étude

Le montant de notre prestation est de 297.60 € TTC.

Potentiellement déductible de vos charges.

 

N'hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus, nous sommes là pour vous aider !

 

 

Nous contacter

 

 

  

 

Comment anticiper les rappels URSSAF et CARMF en début d'activité ?

 

En voilà un sujet anxiogène !

  

Nous avons tous demandé à nos connaissances combien il fallait mettre de côté pour être tranquille...

Et on nous répond souvent un pourcentage. Mais la fourchette est tellement large, allant généralement de 35 à 70%, que finalement on fait comme tout le monde et on prend 50%, en croisant les doigts... Rassurant quoi !

  

Sachez qu'il est tout à fait possible de calculer ses futures cotisations et ainsi mettre de côté les bons montants et être vraiment tranquille.

A partir de quel montant est-ce rentable de remplacer ? Y a t-il un plafond à ne pas dépasser ? Quand je m'installe vraiment, je mets combien de côté ?

 

Voici quelques éléments pour y voir plus clair :

 

 

Les cotisations à l'URSSAF

 

Vous devez vous affilier à l'URSSAF dès que votre activité libérale dépasse 7 jours.

 

Le calcul des cotisations URSSAF est réalisé en utilisant vos revenus réels d'activité des 2 années précédentes.

 

Mais en début d'activité, votre revenu réel n'est pas encore connu ! Les cotisations se basent sur un forfait prenant en compte votre date de début d'exercice. Pour l'année 2019 complète, ce revenu d'activité forfaitaire est fixé par la sécurité sociale à 7 700 € (Et donc 3 600 € pour un premier jour le 1 juin par exemple). Autrement dit, si vos revenus d'activité sont inférieurs à 7 700 € cette année, vous devrez payer un excès de cotisations car ils considèrent quand même que vous avez gagné 7 700 €, ils régulariseront ultérieurement et vous serez remboursés dans les 2 ans (ce qui vous fait de belles jambes...). A l'inverse, des revenus supérieurs à 7700 € vous imposent de payer le forfait + mettre de côté pour la régularisation qui aura lieu dans les 2 ans. Ce sont les fameux rappels difficiles à estimer...

 

 

      2 exemples pour un médecin secteur 1 ou remplaçant :

 

     Cas 1

    > Revenus réels d'activité en 2019 : 10 000 €

    > Revenus d'activité pris en compte par l'URSSAF pour 2019 : 7 700 €

    > Cotisation URSSAF forfaitaire demandée : 1 142 € à payer en 2019

    > Rappels URSSAF : 212 € à payer dans les 2 ans suivants    

 

 

    Cas 2

    > Revenus réels d'activité en 2019 : 3 000 € répartis sur une année entière

    > Revenus d'activité pris en compte par l'URSSAF pour 2019 : 7 700 €

    > Cotisation URSSAF forfaitaire demandée : 1 142 € à payer en 2019

    > Rappels URSSAF : vous serez remboursez de 636 € d'ici 2 ans !!! 

 

 

   

 

Les cotisations à la CARMF

 

Qui doit cotiser à la CARMF ?

 

L’affiliation est obligatoire pour les médecins thésés, inscrits au conseil de l’Ordre et exerçant une activité libérale.

 

Cas spécifique du médecin remplaçant

  

Si vous êtes médecin remplaçant, vous pouvez demander la dispense d’affiliation (à condition de ne pas être assujetti à la contribution économique territoriale) et d’avoir un revenu professionnel non salarié inférieur à 12 500 €. Cette dispense n'est pas automatique et doit être demandée.

 

Cas des remplaçants non thésés

  

La loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018 a introduit le principe de l'affiliation obligatoire à la CARMF des étudiants en médecine effectuant des remplacements libéraux, et ce à compter du 1er janvier 2018. Eu égard aux difficultés rencontrées, la CARMF a eu ordre de suspendre cette nouveauté pour les années 2018 et 2019.

Pour bénéficier de cette mesure de suspension, les étudiants en médecine concernés, qui ont reçu ou recevraient de la CARMF un imprimé de « déclaration en vue d’affiliation », sont invités à le retourner à la CARMF en indiquant leur situation de remplaçant non thésé.

 

 

Cotisations provisionnelles de début d'activité

 

Comme pour l'URSSAF, le calcul des cotisations CARMF est réalisé en utilisant vos revenus réels d'activité des 2 années précédentes.

Mais même système, en début d'activité, votre revenu réel n'est pas encore connu ! Les cotisations se basent sur un forfait prenant en compte votre date de début d'exercice. Pour l'année 2019 complète, ce revenu d'activité forfaitaire est fixé par la sécurité sociale à 7 700 € (Et donc 3 600 € pour un premier jour le 1 juin par exemple). Autrement dit, si vos revenus d'activité sont inférieurs à 7 700 € cette année, vous devrez payer un excès de cotisations car ils considèrent quand même que vous avez gagné 7 700 €, ils régulariseront ultérieurement et vous serez remboursés dans les 2 ans (ce qui vous fait de belles jambes...). A l'inverse, des revenus supérieurs à 7700 € vous imposent de payer le forfait + mettre de côté pour la régularisation qui aura lieu dans les 2 ans. Ce sont les fameux rappels difficiles à estimer...

 

 

   2 exemples pour un médecin secteur 1 ou remplaçant thésé :

 

    Cas 1

    > Revenus réels d'activité en 2019 : 10 000 €

    > Revenus d'activité pris en compte par la CARMF pour 2019 : 7 700 €

    > Cotisation CARMF forfaitaire demandée : 3 100 € à payer en 2019

    > Rappels CARMF : 232 € à payer dans les 2 ans suivants

     

    Cas 2

    > Revenus réels d'activité en 2019 : 3 000 € répartis sur une année entière

    > Revenus d'activité pris en compte par la CARMF pour 2019 : 7 700 €

    > Cotisation CARMF forfaitaire demandée : 3 100 € à payer en 2019

    > Rappels CARMF : vous serez remboursez de  475 € d'ici 2 ans !!! 

 

 

 

 

 

BREF,

 

Se baser sur un pourcentage couramment entendu est périlleux et ne vous garantie pas la sérénité.

 

Le mieux, c'est soit calculer tout seul et mettre de côté en prévoyant large (attention aux petits revenus), soit faire réaliser un bilan prévisionnel pour déterminer la somme exacte à mettre de côté...

 

Des astuces existent également pour éviter le forfait, mais les démarches sont à faire avant le premier appel de cotisation.

 

 

 

Nos packs « Je deviens remplaçant » à 348€ttc et « Je m’installe » à 588€ttc intègrent 2 heures de conseil, un bilan prévisionnel financier et la réalisation de toutes ces démarches auprès des organismes.

 

Pour les installations, nous réalisons en plus un planning détaillant toutes les étapes de l’installation.

Ce pack sera déductible de vos charges de cabinet et limitera donc vos cotisations sociales et impôts.

 

Dossier installation. Etape 4 : Le financement

 Dossier de l'été Installation en libéral création gestion cabinet médical

 

 

En suivant les 3 premières étapes du dossier sur l'installation d'un médecin en libéral, vous avez maintenant les idées plus claires sur votre projet médical, vous connaissez les enjeux liés au local d'exercice, et vous appréhendez plus sereinement la structure juridique à mettre en oeuvre dans le cadre de votre installation.


Si ce n'est pas le cas, n'hésitez pas à nous contacter. Nous nous ferons un plaisir d'affiner ensemble certains aspects en fonction de votre situation particulière.

 

 

Dans cette 4ème étape, abordons le financement de votre installation, que ce soit dans le cadre de l'achat éventuel de votre local d'exercice ou pour les travaux de mise en conformité et d'aménagement, l'ameublement, la décoration et la constitution de votre matériel médical initial.

 

 

FINANCER LE LOCAL

 

Selon le mode d'exercice choisi, vous aurez possiblement besoin de financer l'achat de votre cabinet ou d'une partie d'un cabinet médical de groupe via l'acquisition de parts d'une Société Civile Immobilière (SCI) par exemple.

 

Dans tous les cas, inutile de faire appel de manière excessive à vos économies personnelles. Nous préconisons d'emprunter le montant maximum, en gardant en tête qu'au regard des taux actuels, il est judicieux de garder ses économies pour un éventuel coup dur et emprunter à faible coût, cet emprunt étant couvert par une assurance en cas de problème et constitue déjà une forme de prévoyance.

 

Pour obtenir un bon crédit auprès d'une banque, plusieurs arguments à mettre en avant :

  • avoir des liquidités disponibles, au moins à hauteur du montant des frais de notaires et des frais d'agence immobilière le cas échéant
  • présenter un bilan comptable prévisionnel suffisamment ambitieux et sérieux "garantissant" le remboursement des mensualités
  • et on le néglige parfois, avoir un comportement financier sain. Autrement dit, ne pas vivre au dessus de ses moyens et montrer à travers les derniers relevés de comptes courant que vous avez un comportement financier raisonnable avec des dépenses cohérentes avec vos revenus. La banque aura plus de facilités à prêter à un client de type épargnant qu'à un dépensier compulsif !

 

Les prêts portés par des professionnels ne sont pas tout à fait les même qu'en tant que particuliers. Les taux et les durées sont différents (plus bas dans les deux cas). Dans le cas d'un achat via une SCI, privilégier un emprunt long pour optimiser vos finances et la fiscalité.

 

Pour obtenir de bons montages et de bonnes conditions adaptées à votre statut de travailleur libéral, votre banque doit vous orienter vers un conseiller bancaire dédié aux professionnels, c'est encore mieux si il est dédié aux professions libérales.

 

Au delà des taux, les écarts entre les propositions se font souvent sur les coûts d'assurance et les conditions associées. Ces aspects sont à analyser. Sachez que vous pouvez tout à fait souscrire une assurance auprès d'un autre organisme que votre banque.

 

 

Pour vous faire gagner du temps et de la paperasse, vous pouvez profiter des accords passés avec une grande banque en adhérant gratuitement à Envolib Achats. Des taux d'intérêt ont été pré-négociés pour vous et des assurances de crédits compétitives vous seront directement proposées. Ainsi, vous gagnerez beaucoup de temps en évitant de jouer au marchand de tapis et parcourir les différentes banques avec vos dossiers et toute la paperasse. Tout est déjà fait pour vous et gratuitement.

  

 

FINANCER LE DEMARRAGE DE L'ACTIVITE

  

Les médecins en début d'activité ont souvent des difficultés à bien dissocier leur activité professionnelle de leur vie privée, en particulier au niveau des flux financiers.

 

Il faut considérer que vous créez une véritable société. Au moment de sa création, en attendant d'obtenir ses premières recettes, cette société aura besoin de fonds pour sa création, pour financer les investissements et dépenses initiales.

 

Tant qu'à faire, dans la même logique que pour l'acquisition du local d'exercice, nous vous préconisons de privilégier le crédit bancaire plutôt que de vider vos comptes d'épargne personnelle.

 

Un emprunt de 5 à 15 ans est préconisé pour financer l'installation, avec lui aussi une assurance.

 

Combien coûte le démarrage d'un cabinet médical ?

 

Il est considéré que le budget minimum d’investissement s’élèverait à environ 21 000 € par médecin, répartis comme suit :

  • 5500€ de matériel
  • 3000€ de mobilier
  • 3000€ d’aménagement
  • 4500€ d’informatisation
  • 5000€ de frais de roulement
  • Sans compter l’achat de parts de SCI ou du local, des travaux dans le local, l’éventuel rachat de patientèle (devenu très très rare), le loyer, le véhicule.

Ces montants sont bien évidemment à détailler et à modifier en fonction de votre propre situation et de votre spécialité.

 

 

 


 

Vous avez toujours des questions concernant le financement de votre future activité ? Contactez un conseiller ENVOLIB.

Vous recherchez un spécialiste de l'installation des médecins en libéral ? Découvrez notre solution " Pack Installation " et gagnez du temps sur toutes ces démarches administratives pour mieux vous consacrer à votre activité !

 

 


 

 

 

Les autres étapes du dossier de l'été :

Etape 1 : Définir mon projet

Etape 2 : Mon local

Etape 3 : La structure juridique

Etape 4 : Le financement

Etape 5 : M'assurer

Etape 6 : M'équiper

Etape 7 : Les formalités administratives

Etape 8 : Mes prestataires

Etape 9 : Mon organisation quotidienne

Etape 10 : Le démarrage

 

 

Combien ça coûte de s'installer en libéral ?

 

 

Il est considéré que le budget minimum d’investissement s’élèverait à environ 21 000 € par médecin, répartis comme suit :

  • 5500€ de matériel
  • 3000€ de mobilier
  • 3000€ d’aménagement
  • 4500€ d’informatisation
  • 5000€ de frais de roulement
  • Sans compter l’achat de parts de SCI ou du local, des travaux dans le local, l’éventuel rachat de patientèle (devenu très très rare), le loyer, le véhicule.

Ces montants sont bien évidemment à détailler et à modifier en fonction de votre propre situation et de votre spécialité.

 

 

Remarques :

 

Les médecins en début d'activité ont souvent des difficultés à bien dissocier leur activité professionnelle de leur vie privée, en particulier au niveau des flux financiers.

 

Il faut considérer que vous créez une véritable société. Au moment de sa création, en attendant d'obtenir ses premières recettes, cette société aura besoin de fonds pour sa création, pour financer les investissements et dépenses initiales.

 

Tant qu'à faire, dans la même logique que pour l'acquisition du local d'exercice, nous vous préconisons de privilégier le crédit bancaire plutôt que de vider vos comptes d'épargne personnelle.

 

Un emprunt de 5 à 15 ans est préconisé pour financer l'installation, avec lui aussi une assurance.

 

 

 


 

Vous avez des questions concernant le budget à prévoir pour votre installation ?

Contactez un conseiller ENVOLIB.

 

Vous recherchez un spécialiste de l'installation des médecins en libéral ?

Découvrez notre solution " Pack Installation " et gagnez du temps sur toutes ces démarches administratives pour mieux vous consacrer à votre activité !

 

 


 

 

 

Etablir son bilan financier prévisionnel

 

Etablir un prévisionnel est un préalable indispensable dans le cadre de la création ou de la reprise d’un cabinet médical, comme pour toute entreprise. Il permettra d’avoir une vision claire de l’aspect économique du projet et d’en assurer une meilleure rentabilité.

 

Il s’agit de déterminer, vos revenus d’activité à venir, d'intégrer les investissements, les charges de fonctionnement, le tout à partir des hypothèses d’activité que vous aurez déterminées, de vos contraintes et bien sûr de vos objectifs.

 

Ce travail permettra dans un premier temps de chiffrer au plus près le besoin en financement qui en découle, et votre capacité à rembourser un éventuel emprunt.

 

 

Pourquoi faire un prévisionnel ?

 

Faire un prévisionnel permet au futur praticien :

  • De mesurer le risque attaché à son projet de création de cabinet.
  • D’avoir des objectifs à atteindre, une référence sur laquelle le praticien pourra s’appuyer pour piloter son activité et vérifier que tout est conforme aux prévisions.
  • De déterminer, de façon chiffrée, ses futurs revenus. Il pourra ainsi être alerté sur le fait que son projet ne dégage pas suffisamment de rentabilité et que certains aspects doivent être retravaillés ; c’est donc un moyen de prévention vis à vis des projets sans perspectives financières cohérentes.
  • Il permet ensuite de déterminer et d’obtenir le montant des financements et d’anticiper ainsi d’éventuels problèmes de trésorerie.

Nous attirons votre attention sur le risque de gonfler votre prévisionnel afin d’obtenir un financement. On estime à 90% le nombre de prévisionnels trop optimistes, et sortir de la réalité rend les objectifs prévus difficilement réalisables et pouvant aboutir à des situations complexes.

  • De disposer d’un outil pertinent de pilotage pour son activité.
  • En définitive faire un prévisionnel permet d’appréhender points forts et les points de vigilance de sa future activité.

 

 

Comment réaliser un prévisionnel financier ?

 

Réaliser votre prévisionnel n’est pas une chose aisée. Cela nécessite d’avoir une connaissance aigue des spécificités de votre spécialité et de la manière dont vous souhaitez l’exercer.

 

Il est important, par exemple, de ne jamais se baser sur les moyennes de revenus ou de charges liées à votre profession, tant les situations, les objectifs et les contraintes de chaque cabinet sont disparates. (ex : exercice en secteur 1 ou secteur 2, épargne et apport personnel, exercice seul ou en groupe, acquisition ou non de son local, politique d’investissement, d’achat de matériel, de recrutement, nombre de jours travaillé/semaine…)

 

Envolib réalise pour vous ce prévisionnel. Notre méthode est basée sur une connaissance poussée de votre métier, sur l’échange, le questionnement, cela afin de définir ensemble, précisément, les contours de votre projet et d’arriver à un résultat financier le plus proche de la réalité.

 

Pour cela nous prenons en compte tous les paramètres pertinents en fonction de votre pratique, tels que :

  • Votre nombre de jours travaillés (par semaine et par année)
  • Votre volume horaire (journalier et hebdomadaire)
  • La nature et ventilation des différentes activités (ex pour un gynécologue : nbre de jours/sem de consultations, d’échographie, de bloc…)
  • La durée de chaque type d’acte (pour déterminer le nombre d’acte/jour)
  • Le montant de vos honoraires
  • Les différentes aides locales à l’installation, et dispositif tels que la ROSP, les primes OPTAM, …
  • Nous appliquons des décotes pour les patients CMU et les RDV non honorés
  • Les investissements nécessaires à votre exercice, et leur pertinence (acquisition du local…) en fonction de la faisabilité, de votre politique d’achat. Les couts peuvent varier fortement, notamment sur le local, le gros matériel (comme un échographe par exemple), et l’aménagement.
  • Vos charges liées à l’activité (petit matériel médical, consommables, assurances…)
  • Les coûts de personnel (ou pas)
  • Les charges sociales (URSSAF, RSI, CARMF, ASV, CARPIMKO…)
  • ….

 

 

Lorsque le projet de prévisionnel financier est validé, il vous sera alors nécessaire pour vos recherches de financement, piloter votre installation, votre activité au quotidien et confronter la réalité de votre pratique aux objectifs initiaux.

Cet outil devra être revu et mis à jour régulièrement, pour tous vos projets de développement, afin d’établir leur faisabilité et leur pertinence économique.

 

 

 


 

Vous avez toujours des questions concernant la réalisation d'un bilan prévisionnel ?

Contactez un conseiller ENVOLIB.

 

Vous recherchez un spécialiste de l'installation des médecins en libéral ?

Découvrez notre solution " Pack Installation " et gagnez du temps sur toutes ces démarches administratives pour mieux vous consacrer à votre activité ! Ce pack intègre la réalisation d'un bilan prévisionnel comptable.

 

 


 

 

 

Financer les murs de son cabinet médical

 

Selon le mode d'exercice choisi, vous aurez possiblement besoin de financer l'achat de votre cabinet ou d'une partie d'un cabinet médical de groupe via l'acquisition de parts d'une Société Civile Immobilière (SCI) par exemple.

 

Dans tous les cas, inutile de faire appel de manière excessive à vos économies personnelles. Nous préconisons d'emprunter le montant maximum, en gardant en tête qu'au regard des taux actuels, il est judicieux de garder ses économies pour un éventuel coup dur et emprunter à faible coût, cet emprunt étant couvert par une assurance en cas de problème et constitue déjà une forme de prévoyance.

 

Pour obtenir un bon crédit auprès d'une banque, plusieurs arguments à mettre en avant :

  • avoir des liquidités disponibles, au moins à hauteur du montant des frais de notaires et des frais d'agence immobilière le cas échéant
  • présenter un bilan comptable prévisionnel suffisamment ambitieux et sérieux "garantissant" le remboursement des mensualités
  • et on le néglige parfois, avoir un comportement financier sain. Autrement dit, ne pas vivre au dessus de ses moyens et montrer à travers les derniers relevés de comptes courant que vous avez un comportement financier raisonnable avec des dépenses cohérentes avec vos revenus. La banque aura plus de facilités à prêter à un client de type épargnant qu'à un dépensier compulsif !

 

Les prêts portés par des professionnels ne sont pas tout à fait les même qu'en tant que particuliers. Les taux et les durées sont différents (plus bas dans les deux cas). Dans le cas d'un achat via une SCI, privilégier un emprunt long pour optimiser vos finances et la fiscalité.

 

Pour obtenir de bons montages et de bonnes conditions adaptées à votre statut de travailleur libéral, votre banque doit vous orienter vers un conseiller bancaire dédié aux professionnels, c'est encore mieux si il est dédié aux professions libérales.

 

Au delà des taux, les écarts entre les propositions se font souvent sur les coûts d'assurance et les conditions associées. Ces aspects sont à analyser. Sachez que vous pouvez tout à fait souscrire une assurance auprès d'un autre organisme que votre banque.

 

 


 

Vous avez toujours des questions concernant l'acquisition de votre cabinet ?

Contactez un conseiller ENVOLIB.

 

Profitez également des accords passés avec une grande banque en adhérant gratuitement à Envolib Achats.

Des taux d'intérêt ont été pré-négociés pour vous et des assurances de crédits compétitives vous seront directement proposées.

Ainsi, vous gagnerez beaucoup de temps en évitant de jouer au marchand de tapis et parcourir les différentes banques avec vos dossiers et toute la paperasse.

Tout est déjà fait pour vous et gratuitement.

 

 


 

 

Contact  Retour

 

 

 

Envolib Achats
Profitez d'offres exceptionnelles auprès de nombreux partenaires !
Je sélectionne mon projet médical
CLIQUEZ SUR UNE PHOTO POUR Découvrir LA SOLUTION À VOTRE PROJET
Contact
Adresse :
4, rue François Bruneau, 44000 Nantes
Téléphone :

07 66 06 10 69

Nous Contacter
Témoignages
  • avis avis avis avis avis

    "J'ai découvert Envolib sur Facebook et c'est tombé à pic. Je devais reprendre une activité professionnelle après un break et j'étais un peu perdue. Il m'ont aidé à prendre du recul, choisir ma voie et faire les démarches. Ils m'ont enlevé une épine du pied et ça m'a complètement libérée. Merci."
    Marine V.
  • avis avis avis avis avis

    "Aux petits soins, l'équipe a su m'accompagner pour mon projet. Ils se sont occupés de toutes les démarches pour trouver les meilleurs partenaires et je bénéficie de tarifs incontournables sans avoir fait le moindre effort de négociation. Mon inquiétude était l'évolution du système de santé. Envolib assure la veille des changements pour moi et m'averti si besoin. Je suis aujourd'hui sereine et j'ai du temps pour mes "réelles" activités. Merci d'exister !"
    Pauline B.
  • avis avis avis avis avis

    "J'ai fait quelques rempla en 2018 et je ne savais pas comment remplir ma déclaration d'impôts et d'Urssaf. J'ai appelé Envolib et ils m'ont tout expliqué, on l'a même fait ensemble. Trop bien !"
    Mélanie
  • avis avis avis avis avis

    "Merci pour cette soirée sur le thème de l'installation, c'était très intéressant avec des infos hyper concrètes sur la création d'un cabinet. C'était appréciable aussi d'avoir pu poser toutes nos questions en direct aux professionnels présents sur les assurances, le financement, la protection sociale... Ça aide à se projeter dans sa future pratique !"
    Lise
  • avis avis avis avis avis

    "Grâce à Envolib Achats j’ai fait beaucoup d'économies et je suis plus sereine. J’ai revu mes assurances et ma prévoyance, je commande aussi mon matériel médical et la papeterie, c’est simple et efficace, au top ! "
    Anne J.
  • avis avis avis avis avis

    "Je voulais m’installer en libéral mais j’étais perdue. Je ne savais même pas quoi poser comme questions pour la Carmf, l’Urssaf, la Cpam,... J’ai rencontré Envolib lors d’une journée sur l’installation qui m’a tout expliqué simplement et m’a accompagné ensuite dans les démarches. Merci pour votre aide !"
    Julie L.
  • avis avis avis avis avis

    "La prestation proposée est très intéressante et permet de s’affranchir des papiers pour une instal, et ça c’est top."
    Alix R.